DISPONIBLE EN VOD

SOUMAYA

thriller juridique et social • tout public1h40

Soumaya est cadre dans une société de transport. Alors qu’elle est employée depuis quatorze ans, elle apprend du jour au lendemain qu’elle est licenciée, et découvre le soir-même à la télévision les raisons de son licenciement. Elle décide alors d’exercer un droit de réponse très particulier…

Sobre et efficace, le film de Waheed Khan et d’Ubaydah Abu-Usayd rend compte des licenciements abusifs de musulmans après les attentats de 2015 et l’instauration de l’état d’urgence.(...)

Dans un réel peu à peu transformé en fiction, Soumaya et d’autres personnages (ses avocats et ses proches) luttent pour ne pas céder au délire et maintenir, y compris en eux-mêmes, le minimum de vérité et d’honnêteté encore capable de le combattre.

lire la suite

Révolte face à l’injustice et à la médiocrité de la pensée, générosité du message (ici autour de la dignité), lucidité quant aux enjeux sociétaux (liberté de croire, racisme), parti pris pour les
“victimes” dont le finale révèle magistralement qu’elles ne sont pas celles que l’on pense...

(...) sur le plan cinématographique, les plans, les cadrages, le montage associant avec intelligence des séquences éloignées dans l’espace, sont une pure merveille.

lire la suite

Un film sans concession, courageux, honnête et engagé, qui met le doigt dès les premières secondes, sur le ratage de l’intégration à la française et la brutalité d’un système judiciaire, qui se drape derrière des intentions sécuritaires. (...)

On ne peut pas nier le courage des deux réalisateurs d’aborder dans un premier long-métrage un sujet aussi sensible. Le courage vient avant tout de fabriquer un film sans le moindre soutien institutionnel, hors des sentiers battus traditionnels.

lire la suite

Soumaya s’ouvre sur une perquisition dans l’appartement d’une femme qui vit seule avec sa fille, en banlieue parisienne. (...)

Les débats sensibles ouverts par la mise en place de l’état d’urgence, au lendemain des attentats de novembre 2015, apparaissent ici dans toute leur complexité. (...)

Soumaya est interprétée avec force par Soraya Hachoumi.

lire la suite

ils en parlent

ils l'ont déjà vu

Juste, c'est une oeuvre...juste, qui rend justice et la parole à une partie de la population dont les médias parle constamment mais sans jamais donner la parole aux principaux concernés. Ce film donne un angle de vue que l'on a pas l'habitude d'avoir.

Aïdou B.

J'ai été agréablement surprise par la qualité du film, il traite de la réalité sans en rajouter ni minimiser comme il est courant habituellement. Merci pour ce beau film, en espérant que vous en produirez d'autres.

Peach A.

Ce film est superbe. Il passe dans mon top 10. Il aborde un sujet super sensible en France d'une façon humaine et touchante avec des notes d'humour. En ressortant de la salle je le suis sentie sereine.

Anaïs D.

Beau film mettant en scène une femme forte et courageuse, qui va se battre pour faire-valoir ses droits. Le film réalisé avec peu de moyens, est cependant d'excellente qualité, et amène beaucoup d'émotions.

Meriem Y.
Farouk Benalleg
dans le rôle de shaykh Hisham
Soraya Hachoumi
dans le rôle de Soumaya
Sonya Mellah
dans le rôle de Maître Imany
Khalid Berkouz
dans le rôle de Maître Seddiki
Majida Ghomari
dans le rôle de Djamila
Assia Ait-Abdelmalek
dans le rôle de Jihane
Islem Sehili
dans le rôle de Sinan
Atika Taoualit
dans le rôle de Pauline
Karine Dogliani
dans le rôle de Maître Séverine Gouget
Benjamin De Amaral
dans le rôle de Fabrice Veron
Sarah Perriez
dans le rôle d'Aurélie
Hicham Ismaïli
dans le rôle de Bashir
Julien Lheureux
dans le rôle de Jérôme
Abderrahim Ihia Masin
dans le rôle de Safwan

pour aller plus loin

France, 2015. L’état d’urgence est décrété après les attentats du 13 novembre. En un mois, 2700 perquisitions ont lieu, en grande majorité au sein de familles de confession musulmane.
Le film Soumaya livre le récit détaillé d’une de ces perquisitions, et aborde les enjeux de telles mesures, que plusieurs organisations de défense des droits humains ont considéré comme étant des atteintes aux libertés fondamentales.

Dans un contexte où les autorités parlent de « signaux faibles » que chaque citoyen devrait dénoncer, le film Soumaya est d’une criante actualité, car il propose un nouveau regard sur ces questions et suscite le débat en même temps qu’il contribue à l’apaiser.

Évidemment, Soumaya reste un film, un divertissement ; c’est du cinéma, mais un cinéma social qui ouvre les yeux sur des réalités méconnues d’un grand nombre de personnes. En cela, il devient également un outil pédagogique, notamment à destination des étudiants, enseignants, formateurs, responsables associatifs et autres, qui peuvent s’en saisir pour mieux observer ce qui s’est passé en France en 2015 et comprendre les effets sur notre société actuelle.

formation

Depuis 2012, l'équipe de Yaraa organise des formations aux métiers de l'audiovisuel, à destination principalement des jeunes et des personnes qui veulent explorer l'outil cinématographique à côté de leur métier. 

De l'idée jusqu'à la diffusion, les formations entraînent les participants à l'autonomie, et à envisager l'art cinématographique autrement que par la lourdeur de son industrie, et plutôt par sa dimension artisanale.

production

Les membres de l'équipe Yaraa travaillent dans l'audiovisuel depuis de longues années, et ont produit et réalisé un certain nombre de courts métrages indépendants. C'est en conjuguant ces énergies autour de projets communs qu'ils ont lancé leur premier défi en 2017 : réaliser un long métrage avec le budget d'un court. C'est ainsi qu'est né le film Soumaya.

diffusion

C'est d'abord dans l'organisation de concours de courts métrages et dans les festivals que l'équipe de Yaraa a fait la promotion d'œuvres qui apportent de nouveaux regards, notamment sur des questions d'actualité (réappropriation des récits, l'exil,...)

Aujourd'hui, que ce soit pour la formation ou la diffusion de contenus originaux en streaming, Yaraa travaille à créer une plateforme numérique participative et originale.

Pour un cinéma indépendant

Aujourd'hui, le budget moyen d'un film français tourne autour de 4 millions d'euros. Bien que ce budget ne soit pas considéré comme excessif dans le milieu du cinéma, il représente malgré tout une somme colossale, car elle s'inscrit dans une machine industrielle très lourde.

Avec l'équipe de Soumaya et l'association Yaraa, après avoir réalisé plusieurs courts métrages, nous avons fait un pari : est-il possible de réaliser un long métrage avec les mêmes moyens qu'un court ? Tout le monde nous a dit que c'était impossible.

Alors on l'a fait. Et on a réalisé un film auto-produit, à très petit budget (27 000 €), indépendant et affranchi des contraintes financières qui auraient pu affecter le scénario et notre liberté de création.

Après un parcours très particulier, le film est parvenu a entrer dans certaines salles et aujourd'hui il est disponible en vidéo à la demande, partout dans le monde. #jeregardesoumaya

Investir dans la culture pour lutter contre les discriminations

L'affaire juridique racontée dans Soumaya a été gérée par le CCIF, qui a soutenu notre démarche et nous a ouvert les portes, en nous donnant accès à des dossiers ainsi que des articles de recherche qui ont analysé ce bouleversement politique.

Ce film a pour objectif d'ouvrir un nouveau regard sur ce moment de l'histoire française et tente de participer au débat par l'art et la culture.

Pour cela, il est important de développer un pôle artistique et culturel dans les associations qui luttent contre les discriminations, et agir pour apporter de nouvelles représentations.

islamophobie.net

à découvrir également sur yaraa

ta dernière marche dans la mosquée

documentaire • tout public50 minutes

29 janvier 2017, après la prière du soir, un homme armé entre dans une mosquée à Québec et tire sur les fidèles. Six morts, et toute une communauté, une ville, un pays blessé et choqué. Quatre mois plus tard, les rescapés et les familles des victimes livrent le récit de leur deuil. Qu’est-il arrivé à cette mosquée ? Comment la communauté musulmane a-t-elle surmonté ce traumatisme, conséquence irrévocable de la banalisation politique et médiatique de l’islamophobie ? Se dessine alors le portrait des regards silencieux qui ont assisté au drame, et s’installe petit à petit une question fondamentale : pour un croyant, que signifie le fait de mourir dans un lieu saint, habituellement symbole d’asile et de refuge ?

contact

© YARAA 2020

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.